search_button close_button

Cliquez sur ENTRÉE pour rechercher ou ESC pour quitter

Les salariés jugent leurs bureaux
Télécharger l'étude 2018
close_button
arrow_back_icon Retour à la page d’accueil

Audrey Barbier-Litvak : « La densité provoque le mouvement et crée la communauté »

close_grey_buttonprint_icon

Interview

Publié le 2018-07-19 16:15:48

WeWork, c’est une communauté mondiale de 140 000 membres et des espaces nativement pensés pour la mobilité. À Paris, l’entreprise américaine a déjà aménagé quatre sites, et prévoit d’en ouvrir prochainement quatre nouveaux. À l’occasion du Paris Workplace, sa Directrice générale, Audrey Barbier-Litvak, est revenue avec nous sur les choix de WeWork pour favoriser le mouvement.

Audrey Barbier-Litvak

Quels sont les partis pris de WeWork pour favoriser la mobilité dans les bureaux ?

Nous avons fait un choix très fort : limiter l’espace par personne à 5 m2 (contre 10 m2 en moyenne), mais en multipliant les espaces collectifs partagés. Cela oblige les gens à sortir de leurs bureaux et à se rencontrer. La densité provoque le mouvement et crée la communauté. Nous appliquons le même principe à la taille des couloirs : suffisamment larges pour passer confortablement, mais pas assez pour être à deux de front. Nos membres ainsi se rencontrent et échangent.

Nous avons fait un choix très fort : limiter l’espace 5 m2 par personne (contre 10 m2 en moyenne), mais en multipliant les espaces collectifs partagés.

Dans les étages, nous avons un « modèle type » avec cuisine & boissons gratuites pour favoriser la convivialité, cabines pour téléphoner, bureaux vitrés et espaces de réunion. Nous aménageons des différences entre étages pour que les gens montent et descendent en fonction de leurs besoins : les salles de réunion n’ont pas les mêmes capacités, certains étages sont plus calmes, d’autres plus lumineux, etc.

WeWork Lafayette

Pour favoriser toujours plus le mouvement et la rencontre, nous avons adopté d’autres « règles ». Par exemple, les chiens sont autorisés car ils deviennent une excuse pour entamer la discussion. Actuellement chez WeWork Colisée, nous en avons trois. C’est presque de l’économie comportementale.

De manière générale, tout est codifié pour que, où qu’il se trouve dans le monde, un membre de la communauté puisse partout se sentir chez lui. C’est très important pour nous car cela permet à nos membres de bouger sans friction et en retrouvant à chaque fois leurs repères.

Comment est pensée la mobilité entre les WeWorks d’une même ville et à l’international ?

Tout membre de la communauté peut travailler dans les parties communes ou réserver une salle de réunion dans un WeWork. Chaque WeWork est adapté à sa localisation, et donc à son usage. On estime par exemple qu’avec son hyper-centralité, le WeWork 92 Champs-Élysées va attirer beaucoup plus de réunions clients ou partenaires. Nous avons aménagé l’espace en conséquence en prévoyant plus de salles dédiées. Actuellement, nous travaillons aussi avec des partenaires pour développer des modes de transport (vélos électriques...) qui favorisent la mobilité entre nos différentes implantations parisiennes.

WeWork Colisée

Nos locaux sont rarement entièrement occupés car nos membres sont très mobiles. Ils peuvent travailler de n’importe où : d’un autre WeWork, mais également de chez eux ou des bureaux de leur entreprise « mère ». Nous nous sommes aperçus qu’il y avait une vraie demande pour une mobilité internationale.

Nous avons un produit, « Global Access », qui permet aux collaborateurs de grands groupes très mobiles d’avoir une place dans les hot desks du monde entier et des crédits de salles de réunion. Si demain quelqu’un du WeWork Colisée (à Paris) veut aller à WeWork Shanghai pour rencontrer des Tech de la mobilité, il fait une demande sur l’application et en arrivant nous pouvons lui en faire rencontrer 15.

Quels sont les avantages pour une entreprise d’intégrer la communauté WeWork ? Y a-t-il un impact business ?

Nos membres viennent chercher des rencontres. Et nous faisons tout pour les favoriser grâce à la mobilité dans les locaux. Ces rencontres se traduisent par des gains business : 50 % de nos entreprises ont déjà fait du « vrai » business entre elles (i.e. qui a donné lieu à facturation).

50 % de nos entreprises ont déjà fait du « vrai » business entre elles (i.e. qui a donné lieu à facturation).

Notre communauté est constituée d’entreprises de différentes tailles : freelances, start-up, PME, grands groupes... Elles viennent trouver des synergies : les freelances et les start-up cherchent des clients, les PME et les grands groupes la flexibilité et l’agilité des start-up ou de nouvelles solutions technologiques. Nous avons un salarié d’Airbus au WeWork Cœur Marais. Il travaille sur la voiture volante. Pourquoi est-il seul ? Parce qu’il a besoin de s’immerger dans une culture qui favorise la créativité et être au contact de tout cet écosystème Tech.


close_grey_buttonprint_icon

Suggestion d'articles

Quel avenir pour la voiture à Paris ? Interview d’Olivier Binet (CEO Karos)video_play_icon

Vidéo

Quel avenir pour la voiture à Paris ? Interview d’Olivier Binet (CEO Karos)

À l’heure de la mobilité, le bureau est-il mort ? Interview de Sonia Lavadinho (Bfluid)video_play_icon

Vidéo

À l’heure de la mobilité, le bureau est-il mort ? Interview de Sonia Lavadinho (Bfluid)

Interview de Dominique Perrault : Les sous-sols, le futur de la mobilité en ville ?video_play_icon

Vidéo

Interview de Dominique Perrault : Les sous-sols, le futur de la mobilité en ville ?

Demain, tous mobiles ? Paris Workplace 2018 par D. Boulte (SFL) et F. Dabi (Ifop)video_play_icon

Vidéo

Demain, tous mobiles ? Paris Workplace 2018 par D. Boulte (SFL) et F. Dabi (Ifop)

Audrey Barbier-Litvak : « La densité provoque le mouvement et crée la communauté »

Interview

Audrey Barbier-Litvak : « La densité provoque le mouvement et crée la communauté »

Sonia Lavadinho : « Les villes doivent développer des mobilités qui mélangent les modes de transport »

Interview

Sonia Lavadinho : « Les villes doivent développer des mobilités qui mélangent les modes de transport »

La mobilité selon BlaBlaCar, c’est sur la route et dans les bureauxvideo_play_icon

Vidéo

La mobilité selon BlaBlaCar, c’est sur la route et dans les bureaux

Brochure ParisWorkplace 2018

Magazine

Brochure ParisWorkplace 2018

Dominique Perrault :  « Plutôt que de construire toujours plus haut la ville, pourquoi ne pas la prolonger vers le bas ? »

Interview

Dominique Perrault : « Plutôt que de construire toujours plus haut la ville, pourquoi ne pas la prolonger vers le bas ? »