search_button close_button

Cliquez sur ENTRÉE pour rechercher ou ESC pour quitter

Les salariés jugent leurs bureaux
Télécharger l'étude 2020
close_button
arrow_back_icon Retour à la page d’accueil

Baptiste Bonnichon : « La localisation et l’âme du lieu sont deux facteurs clés, notre génération cherche à répondre à deux questions existentielles : gagner du temps et donner du sens ! »

close_grey_button print_icon
Interview
Publié le 2020-12-02 17:10:19

Baptiste Bonnichon

Baptiste Bonnichon
Étudiant en Mastère Spécialisé « Management Urbain et Immobilier »
ESSEC Business School

Quelle image le siège social de votre employeur devra renvoyer ?

Ce n’est pas avec des clapiers à lapins que les entreprises vont faire rêver la nouvelle génération : il faut sortir de la boite ! Pour nous aujourd’hui l’aire est aux campus ouverts, aux sièges « totems », exprimant l’âme et la singularité de la société. Pour notre génération en quête de sens dans notre façon de consommer, de nouer des relations, ou de faire carrière, l’environnement de travail joue un rôle majeur. Il se doit d’être en accord avec les valeurs et la mission sociétale que défend l’entreprise. Par exemple, une entreprise qui se trouve dans un quartier assez standardisé, peu chaleureux, aura du mal à coller avec notre ambition de changer le monde.

Comment ces bureaux peuvent-ils être complémentaires du recours au télétravail ?

Au retour au bureau, les employés, et peut-être surtout les jeunes, doivent sentir cet « effet wahou », qui donne véritablement envie de se rendre au travail. J’imagine plus d’espaces, des endroits ouverts, une connexion avec la nature pour rompre la routine du travail à domicile, et bien sûr, des équipements de grande qualité au service des collaborateurs : connexion, mobilier, il faut que le bureau apporte un réel plus par rapport aux conditions que l’on trouve chez soi.

Dans quelques années, à quoi ressemblera selon vous le bureau idéal ?

J’aimerais un bureau proche d’espaces verts, proche de la nature, lumineux, où l’on peut sortir et faire une réunion sous un arbre par exemple. Un bureau où les services personnels viennent m’aider au cours de la journée, afin de me faire gagner du temps. Le bureau de demain, c’est un « package » de services auxquels on fait confiance, au service de l’allégement de la pression temporelle qui s’exerce de plus en plus sur notre génération.


close_grey_button print_icon
Suggestion d'articles
Ramy Fischler : « Pour concevoir des bureaux, il faut prendre en compte l’espace physique, mais aussi l’espace mental de notre journée de travail »
Interview

Ramy Fischler : « Pour concevoir des bureaux, il faut prendre en compte l’espace physique, mais aussi l’espace mental de notre journée de travail »

Analyse des résultats ParisWorkplace 2020 par Frédéric DABI – Directeur du pôle opinion et stratégies d’entreprise de l’IFOPvideo_play_icon
Vidéo

Analyse des résultats ParisWorkplace 2020 par Frédéric DABI – Directeur du pôle opinion et stratégies d’entreprise de l’IFOP

Philipp Schmidt : « Nous voyons deux types de métiers, certains ‘télé-robustes’ et d’autres ‘télé-fragiles’. Une chose est sûre, il faut ménager des lieux pour retrouver sa ‘tribu’ professionnelle »
Interview

Philipp Schmidt : « Nous voyons deux types de métiers, certains ‘télé-robustes’ et d’autres ‘télé-fragiles’. Une chose est sûre, il faut ménager des lieux pour retrouver sa ‘tribu’ professionnelle »

Gilbert Emont : « Le centre-ville restera par sa densité des services et son accessibilité le lieu idéal pour le bureau »
Interview

Gilbert Emont : « Le centre-ville restera par sa densité des services et son accessibilité le lieu idéal pour le bureau »

Didier de Stabenrath : « Mon profil plus expérimenté est rassurant pour les équipes, c’est très important dans les périodes de tension »
Interview

Didier de Stabenrath : « Mon profil plus expérimenté est rassurant pour les équipes, c’est très important dans les périodes de tension »

Anne Thévenet-Abitbol : « Partir du bureau à 16h ou 17h ? Aujourd’hui, ce n’est plus un sujet »
Interview

Anne Thévenet-Abitbol : « Partir du bureau à 16h ou 17h ? Aujourd’hui, ce n’est plus un sujet »