search_button close_button

Cliquez sur ENTRÉE pour rechercher ou ESC pour quitter

Les salariés jugent leurs bureaux
Télécharger l'étude 2019
close_button
arrow_back_icon Retour à la page d’accueil

Brigitte Sabotier : « La nouvelle génération est particulièrement attentive à son environnement de travail »

close_grey_buttonprint_icon
Interview
Publié le 2019-06-05 10:02:31

Brigitte Sabotier a fait toute sa carrière chez Orange. Elle est aujourd’hui Directrice des Ressources Humaines d’Orange France où elle a la charge de près de 65 000 personnes. Elle y a notamment pour mission d’accompagner la transformation digitale et l’évolution des compétences numériques

Photographie de Brigitte Sabotier

Brigitte Sabotier

Si vous deviez citer un comportement qui vous frappe chez la jeune génération, ce serait lequel ?

Les attentes de la nouvelle génération par rapport au travail évoluent. Les critères de choix d’une entreprise ne se limitent pas à son activité. Ils intègrent d’autres paramètres tels que les conditions de travail au sens large (possibilité de télétravail, ergonomie des espaces de travail…) mais également l’engagement en matière de Responsabilité Sociale d’Entreprise. La possibilité d’équilibrer vie professionnelle et vie privée est également un élément important.

Les évolutions technologiques et la digitalisation permettent justement un renouvellement des formes de travail au bénéfice des salariés, de nombreuses activités pouvant désormais se faire à distance. Dans ce contexte, l’enjeu pour les entreprises qui souhaitent développer leur attractivité d’employeur, c’est d’offrir un cadre de travail global qui embarque l’ensemble de ces dimensions. Une autre tendance des « millenials », c’est d’envisager leur parcours professionnel dans des environnements diversifiés, en travaillant dans des entreprises différentes pour enrichir leur expérience.

Quels ont été les partis pris pour « Bridge », votre futur siège social à Issy-Les-Moulineaux ? Et comment de manière générale sont pensés les bureaux d’Orange ?

Bridge va incarner les espaces du travail du futur : ouverts, collaboratifs, capables d’accueillir des populations de travailleurs sédentaires, mais aussi nomades. C’est un projet emblématique, mais c’en est un parmi d’autres. Au-delà de Bridge, il y a d’autres sites que nous avons réaménagés pour les adapter aux nouvelles pratiques de travail.

En Île-De-France, nous pouvons citer Orange Gardens, à Châtillon, site consacré à l’innovation ; nativement pensé pour favoriser les coopérations, avec des espaces de travail modulaires, situés au milieu de la verdure. En région, nous avons d’autres campus poursuivant les mêmes objectifs. Nous concevons nos programmes comme des espaces de travail favorisant la collaboration dans lesquels résidents comme visiteurs peuvent venir travailler.

L’aménagement des espaces de travail contribue à accompagner la transformation des entreprises.

Comment se passe un projet de change management pour de tels projets ?

Au démarrage de chaque projet, nous passons par une phase d’écoute et de recueil des attentes de nos salariés et de leurs usages. Cette étape est clé pour bien comprendre les besoins des utilisateurs et proposer des aménagements d’espace basés sur l’analyse de l’activité de leurs futurs occupants. Par ailleurs, comme pour tout projet, nous mettons en place des démarches de prévention des risques en réalisant des études d’impact et en proposant des dispositifs d’accompagnement.

En effet, l’espace de travail est un élément incontournable de l’expérience salarié. Cela constitue un repère important pour les collaborateurs. Il ne faut pas le sous-estimer. S’adapter à un nouvel espace de travail peut parfois s’avérer difficile pour certaines personnes. Les démarches d’écoute et d’accompagnement sont ainsi essentielles. Nous essayons, lorsque c’est possible, de réaliser des espaces « témoins » pour permettre à nos équipes de se projeter dans leur nouvel environnement de travail. Tout au long du projet nous organisons un dialogue continu avec l’ensemble des parties prenantes que sont les salariés mais également les partenaires sociaux.

Brigitte Sabotier, DRH France d’Orange

« Nous avons commencé à proposer le télétravail dès 2009. C’est une formule qui s’est progressivement développée. Aujourd’hui, c’est une pratique très appréciée par nos salariés. Le télétravail est souvent perçu comme un dispositif qui permet de mieux équilibrer vie professionnelle et vie privée en réduisant notamment les temps de trajet. Du point de vue des managers cette pratique suppose une attention renforcée à l’animation des collectifs de travail, afin de conserver la proximité avec l’ensemble des collaborateurs, même lorsqu’ils ne sont pas tous co-localisés. Chez Orange France, nous accordons une importance particulière à ces sujets et avons construit un programme d’accompagnement dédié au management à distance »


close_grey_buttonprint_icon
Suggestion d'articles
Dominique Boullier :  « Plus on a de relations digitales dans une chaîne de valeur, plus on a besoin de se voir »
Interview

Dominique Boullier : « Plus on a de relations digitales dans une chaîne de valeur, plus on a besoin de se voir »

Éric Singler :  « Le nudge modifie l’environnement pour influencer les comportements des salariés »
Interview

Éric Singler : « Le nudge modifie l’environnement pour influencer les comportements des salariés »

Conférence Paris Work Place 2019video_play_icon
Vidéo

Conférence Paris Work Place 2019

Alexandre Collinet : « Rencontrer ses collègues, échanger avec eux… c’est encore la meilleure manière de fidéliser les talents »
Interview

Alexandre Collinet : « Rencontrer ses collègues, échanger avec eux… c’est encore la meilleure manière de fidéliser les talents »

Véronique Bédague-Hamilius : « Je teste toujours en interne les solutions que je propose à nos clients. »
Interview

Véronique Bédague-Hamilius : « Je teste toujours en interne les solutions que je propose à nos clients. »

Aude Grant : « Personne, je crois, n’avait anticipé que le bureau puisse prendre une telle importance sociale. »
Interview

Aude Grant : « Personne, je crois, n’avait anticipé que le bureau puisse prendre une telle importance sociale. »